Fin d'année scolaire : douleureuse ou soulagé ?

Publié le par dago

soleil.jpg     C'est les vacances pour moi déja depuis un p'tit temps.
J'ai terminé mes examens le deuxième vendredi de juin et, depuis, je sors et je fais la fête comme hier pour la Fiesta du Rock (fêtes de la musique dans ma région) où je n'ai pas trahi ma tradition de trop boire. Mais je prend également du temps pour moi. J'essaye quand je peux d'aller bronzer dans un parc près de chez moi en bouquinant. J'ai lu une enquète sur le meurtre de Julien Lahaut, dirigeant sérésien du PCB tué par les millieux monarchistes dans les années'50. Avec Comac, nous avons décidé de faire une activité lors de sa commémoration en août, j'écrirai un article sur le sujet. Je compte maintenant m'attaquer à un mémoire qu'à fait un copain sur les premières années d'existance de mon parti, un manuel révolutionnaire et peux-être les chroniques de Han Suyin.
Ah quel soulagement d'être en vacances ! Plus de soucis quotidiens ! C'est bien simple, j'ai l'impression d'être à la retraite. Là par exemple je redécouvre avec emerveillement les Queens ("I ride my bicycle"). Ouf, quel vent de fraicheur pour les tristes années'80 !

    Mais la fin de l'année scolaire signifie également les résultats des examens et rappele une douloureuse réalité : ça devient très dur de finir ses études sans doubler une année voire deux !
J'avais vu que 56% des jeunes qui sortaient mainteant de l'école secondaire avaient doublé une fois et 24% deux fois ! Ces chiffres se sont confirmés lorsque j'ai été voir mes résultats affichés à la fenêtre de mon école. Sur les feuilles accrochées, on distinguait pour tout les éleves de l'école si l'étudiant est admis, doit repasser des examens ou est refusé. Eh bien, cette dernière option est distribué massivement  et j'ai eu l'impression qu'elle touchait un bon dixième des éleves ! Les repêchages préoccupent comme chaque année une grosse moitié des élèves. On peut se dire qu'une bonne partie ne réussira pas ces deuxièmes sessions en septembre. En fin de compte, les éleves sans problème représentent un gros tiers des élèves et s'en tiront avec un ou deux travaux de vacances. Evidement, ces proportions approximatives diffèrent selon les années scolaires. Et qu'on ne dise pas que c'est parce que je suis dans une école communale (publique) ! Lorsque j'ai doublé ma 2e, j'étais dans une école "libre" catholique (privée) et sur une classe de 24, neuf seulement ont réussi à passer leur année scolaire ! Et qu'on ne dise pas que c'est surtout la faute des prof' (rares exceptions) ! Un type seul face à une trentaine de jeunes (moyenne dans chaque classe) devant faire comprendre les math ou les sciences, c'est pas évident ! Je cite les matières que je traine comme un boulot depuis que j'ai onze ans mais ça peux très bien être l'histoire ou le français.

cheaters6lc.jpg Je ne parle même pas des types qui arrètent tout simplement l'école. J'en ai tout une série des copains qui à 18 ou 20 ans qui préfèrent commencer à travailler dans un secteur ouvrier alors qu'il sont dans des classes d'élèves de quinze ans ! Pour eux, ça va être des formations et des intérims pendant des années si ils ne font pas partie des 35% de jeunes chômeurs (entre 18 et 30 ans) à Liège !

    La solution face à ce problème, tout les prof' vous le diront, c'est les classes trop nombreuses.
En créant des classes de 15 élèves, une relation amicale et constructive peut s'établir entre les prof' et les élèves. J'ai connu ça l'année dernière où nous étions seulement dix-sept. Seul deux personnes ont doublé cette année-là. Et si on engageait un aide-enseignement pour 30 élèves qui veilleraient à ce que l'élève comprenne bien tout ?
Cela créerait des milliers d'emploi en plus ! Un coup dur serait alors porté au chômage de masse qui sinistre notre pays. Eh bien ces deux propositions sont celles du PTB qui recopit le système scolaire finlandais (quand on dit que les scandinaves sont en avance socialement !). Et avec quel argent me direz-vous ? Dans un des pays les plus riches du monde, dans la capitale de l'Europe, dans un pays avec une bourse qui fait de super-profits chaque jour, ne me dites surtout pas qu'il n'y a pas moyen de se payer un enseignement de qualité !


photo : tout ce qu'il y a de plus normal en examens ! :-D

Commenter cet article

Kyliiolos 26/06/2007 10:52

Disons que je pense que pour mettre cette mesure en application (et tant d'autres, surtout au niveau des droits sociaux et de la création d'emplois publics) il faudrait auparavant entamer le processus initial de la construction du socialisme qui est la nationalisation massive, donc le capitalisme d'Etat, permettant de faire rentrer en masse les fonds pour l'Etat, lui permettant ainsi de financer toutes ces mesures.
Dans une société capitaliste je ne pense pas que cela soit possible, il faut je pense auparavant s'attacher à la phase de nationalisation permettant de consacrer la plus value au public, et ensuite mettre en application ces mesures sociales, quand l'Etat aura assez de fonds pour le faire.