KKE

Publié le par dago

IMG-0843.jpgC'est un parti qui m'a toujours beaucoup plu.
Je reviens de Crète et j'ai pu constater que le KKE y est très présent de par ce que j'ai vu, c-a-d que sur les routes on voit régulièrement de grands tags muraux, des affiches ou bien des bâches avec des dates de meetings accrochés sur des lambadaires autant dans la capitale que dans les petits villages de montagnes.

Mais qu'est ce que le KKE d'abord ?
Eh bien c'est le parti communiste grec. Un parti né juste après la première guerre mondiale qui a été à la tête de la résistance contre l'occupation en créant l'ELAS (Armée de Libération Nationale) et qui, après la libération, a refusé qu'un gouvernement monarchiste à la botte des anglais qui s'était toujours caché en exil à Londres ou au Caire dirige le pays. C'est comme ça qu'à démarrer la Guerre civile grecque, lorsque la résistance a refusé que les collabo' dirigent le pays sans aucune légitimité alors que l'ELAS avait organisé des centaines de milliers de personnes pendant la guerre en créant dans les zones libérées des collectivités, réformes sociales et même de premières réelles élections en 1944 !
Cette guerre civile qui aurait pu permettre à la Grèce de devenir un état socialiste comme la Yougoslavie ou l'Albanie , les deux seuls pays où ce sont la résistance et non les Alliés qui ont libérés le pays, marqua pour la première fois d'une longue série l'utilité pour les capitalistes de l'OTAN : l'éradication des communistes là où ils risquaient de prendre le pouvoir démocratiquement.
Cette puissante force, dirigée par l'anglais Churchill, ne laissa aucune chance à la résistance grecque de construire un avenir meilleur pour la Grèce et fut détruite en 1949, tuant 150 000 grecs. De ce fait, la Grèce fut un immence champ de ruine (industries, commerce et infrastructures complètement détruites) avec 1,2 million de sans-abris tandis que près de 100 000 personnes fuyant s'installer dans les pays communistes.
IMG-0844.jpg Le KKE, qui fut le premier parti du pays après la guerre, dû retourner à la clandestinité pour de longues années. Cela ne l'empecha pas de combattre intensément la Dictature des Colonels (1967-1973) qui suivit une politique instable et irresponsable après la guerre mené par des royalistes. L'arrivée au pouvoir de cette junte militaire signifia pour beaucoup de communistes mais également des progressistes de gauche des arrestations massives et arbitraires ainsi que des séances de tortures et des exécutions sommaires.
Le père d'un copain crétois de mon école m'avait raconté que lors des manifestations à l'Ecole polytechnique d'Athènes en 1973, qui ont acceléré la chute de la dictature, tous se demandaient qui étaient communistes et si on l'était pas soi-même sans le savoir.
L'élan de mobilisation que le KKE insufla pour détruire la dictature obligea le nouveau pouvoir hellénique à le légaliser en 1974 bien que ce soit surtout parce que le KKE ne représentait le même danger qu'après la guerre.

Depuis, le KKE s'est toujours fait remarquer pour sa lutte active contre l'OTAN et contre l'Union Européenne ainsi que pour son rôle fraternel avec les syndicats. Son mouvement de jeunes, la KNE, organise d'ailleurs chaque année un grand festival de musique qui a rassemblé plus de 50 000 personnes en 2005.
Avec une douzaine de députés, une quinzaine de bourgmestres, des dizaines de milliers de membres et une représentation populaire partout, le KKE est resté un des plus gros partis communistes européens justement parce qu'ils ont conservé les mêmes principes révolutionnaires que des partis qui sont en train de mourir comme le PCF ont abandonné.IMG-0731.jpg

Voila une réelle alternative, sérieuse et sociale, vers qui les grecs peuvent se tourner en toute confiance. C'est un parti fier de ses idées et de son histoire qui continuera à lutter contre le pouvoir de la bourgeoisie, représentée aujourd'hui par l'Union Européenne.

Comme quoi, le parti communiste grec, qui reste le troisième parti du pays, a toujours joué un rôle de premier plan dans la vie politique de la Grèce moderne. Ce parti m'impressionne beaucoup et j'espère que la prochaine fois que j'irai en Grèce, je rencontrerai des camarades de ce parti tout à fait exemplaire.


ps : Si quelqu'un peux faire la traduction de ses affiches, qu'il ne se gène pas.
ps2 : Illustrations by Sarah Thomas 2007

Commenter cet article

Dimitri 20/12/2007 18:19

Pour la traduction :

je n'arrive pas à lire la 1ere mais ce qui suit KKE, c'est "un parti fort". Sur la deuxième, il est écrit "Aie confiance en ta force" et sur le bandeau rouge, c'est "Pour un front et un pouvoir populaire". Et sur la 3e, c'est pour annoncer un meeting avec Aleka Papariga, la secrétaire générale du KKE.