J'emmerde ou j'admire (I)

Publié le par dago

Si je dois donner mon avis très brièvement comme aiment le faire au moins une fois tout les bloggeurs en une sorte de longue liste "j'aime/j'aime pas", je l'a traduirait de cette manière et elle est certaine très imcomplète :

IMG-0596.jpg- J'emmerde les journalistes des grandes quotidiens. J'emmerde ces fouilles-merdes à la pensée unique qui font semblant de ne pas être tous d'accord entre eux en jux-posant la même information de deux façons différentes pour arriver à la même conclusion, comme le fait très bien TV1 et France2 ou même RTL-TVI et la RTBF. J'emmerde particulièrement les journalistes des chaînes publiques tels France2 et la RTBF qui n'hésitent pas à développer les idées les plus réactionnaires, comme "les flamands détestent les wallons et le communaurisme/fédéralisme sauvera la Belgique" ou "le réchauffement de la planète, c'est parce que vous n'éteignez pas les lumières quand la pièce est vide". Et c'est pareil pour la majeur partie des rédactions se voulant peux-être "progressiste" du Soir, de la Libre Belgique et en France, de Libération et même l'Humanité. Je me suis aperçu que ces deux derniers journaux français, créés par des communistes puis vendus , radotaient pour la grande partie de leur contenu la même désinformation que les pires canards de droite tels le Figaro ou le Parisien.
A ce niveau, seul le Monde échappe à la règle car il a conservé ses propres sources d'informations et il ne retranscrit presque jamais des brièves de Reuters, l'agence d'information britannique qui fournit la grande partie de l'information aux quotidiens cités ici. C'est un des seul journal à grande diffusion qui a eu le courage de publier une série d'articles prouvant que la chute du socialisme à l'Est s'est traduit par une énorme catastrophe pour la justice sociale, le niveau de vie ou l'économie de ces pays. Il n'hésite pas non plus à parler de la révolution bolivarienne de Hugo Chaves ou de Fidel Castro comme de la meilleure initiative que l'Amérique Latine aie connue. Je caricature un peu mais l'essentiel est là.
Je prèfere mille fois les feuilles de choux locales comme la Meuse qui n'ont font part de qui s'est noyé dans le fleuve plutôt que ces journalistes à gros cous qui se prennent pour les garants et les défenseurs de la démocratie : que François de Brigode, PPDA et le larmoyant présentation de RTL dont j'ai oublié le nom aient se faire foutre

- J'emmerde les politiciens belges des grands partis. Etrangement, ceux-ci ressemblent très forts aux journalistes et respectent eux aussi une série d'attitudes parfois peureuses ou manipulatrices pour arriver à une harmonie qui ne permettent qu'une meilleure efficacité pour leurrer le public, désormais accrochés à leur poste de télévision. Même si je n'aime pas vraiment les méthodes de travail des altermondialistes, je reconnais que la télévision est bien le meilleur outil de la dictature du capital.
C'est fascinant : ils ont réussi à faire croire aux belges que les deux communautés se détestaient et a détourné leur attention des grands problèmes qui touchent réellement les gens tels le chômage, la pauvreté et l'exploitation, comme le rappelait une liègeoise qui a lancé une pétition pour l'unitarisme qui est devenue un succès en quelques jours. Pourtant, les solutions pour ce problème, si jamais il existait réellement, serait en vrac de créer une sorte de Arte néerlandophone et francophones, d'accentuer l'échange culturel entre les deux communautés via les écoles ou encore d'organiser des concerts billingues. En ce sens, la culture est une solution merveilleuse.
Mais j'emmerde aussi le PS qui répete que c'est la faute des flamands si il n'y a pas de réformes sociales en Wallonie quand des étudiants en grève viennent manifester devant leurs bureaux. J'emmerde les Ecolo, ces "démocrates de bureaux" qui méprisent et négligent le trésor énorme de sympathie que beaucoup de jeunes leurs concèdent naïvement et qui font croire que la solution au réchauffement climatique est d'acheter Bio ou de faire payer les sacs en plastiques. Cette manière de faire croire aux gens que c'est eux les responsables du réchauffement climatique car ils sont trop dociles et peureux pour s'en prendre aux vrais pollueurs, c-a-d les grosses entreprises.


Ces deux institutions ressemble au couple Noblesse-Clergé qui ont toujours dirigé les royaumes de l'Ancien régime. Deux façons de diriger l'opinion publique et de créer de faux débats concluant leurs absolues légitimés mais l'un dépend toujours de l'autre.

- J'emmerde également les trotskistes. Besancenot est peux-être très sympa et sais se défendre, il n'en reste pas moins que c'est pas lui qui fera la révolution. Il peut avoir l'air bien cool et jeune, il se trouve quand même dans une mouvance dissidente des communistes qui se limitent soi à plaindre les ouvriers sans jamais agir ou soi à investir un mouvement spontané pour se revendiquer leurs défenseurs sûpremes. Dans les deux cas, ces "ultra-gauche" se sont toujours fait voir comme des gugusses par les ouvriers et sont restés des groupuscules de quelques centaines de membres voire dizaines qui ont toujours préfèrer aller dans le sens du poil en crachant sur les partis communistes, certes pleins de défauts mais au moins implantés réellement dans les classes ouvrières.
En ce sens, ils m'ont prouvé deux choses  : ils n'ont et ne feront jamais de révolution et, en défendant de façon populiste le gouvernement sud-viet-namien contre les Viet Gong de Hô Chi Minh, les bouddhistes tibétains contre la Chine ou les maffias de Miami contre Cuba, leur anti-communisme.


Ca ressemble à un "J'accuse" mais je n'aurai jamais le don d'Emile Zola et je ne veux l'avoir. C'est juste mon avis pur et dur, si on peux dire, bref pas diplomate pour un sou. Je ferais les "J'admire" plus tard.

Commenter cet article

Red Pablo 12/11/2007 18:47

Ok, mettons que je peux comprendre ton ral-bol. Mais quel coups de pute des troskar ton fait, camarade?

dago 13/11/2007 17:31

Comme je l'ai déja dit, mon pote, je ne fairais pas de procès d'intentions sur mon blog.Désolé que tu aie compris que nous ne sommes pas necessairement du même côté de la barricade.

Red Pablo 11/11/2007 17:58

Tout d'abord je pense que tu dois être plus nuancé, il existe plein de parti trotskiste très différent et le mien (Mouvement pour une Alternative Socialiste) et tu le sais, soutien (tout en ayant une critique) Cuba ou a une forte implantation dans les usines et les entreprises d'ailleurs sur le site du PTB il y a cette semaine l'interview de Levi, le délégué principal, de Bayer membre du MAS depuis de longue année.
Ensuite je te rappel que Chavez a ouvertement dit qu'il était trotskiste... cela prouve la confiance de Chavez mais aussi de la population du Venezuela envers le trotskysme...

Donc tes insultes sur les trotskystes tu te les gardes ou alors tu le dit en face de nous.

dago 12/11/2007 00:44

J'assume ce que je dis et je le maintiens. Désolé, mon pote, mais on m'a fait trop de coup de pute pour que je cache ce que je pense des trostkar', même si il y a des exceptions honorables.Et ne me blablate pas avec le MAS ! Les 300 acharnés qui composent ce groupuscule a autant d'implantation dans les usines que de communistes à Monaco. Et ne donne pas à Chavez un rôle qu'il n'a pas : le principe de son parti, PSUV, est de rattacher tout le monde, y compris les trostkistes. Quand Chavez a dit qu'il "aimait Troski", il l'a dit dans le même état d'esprit que Gandhi lorsqu'il disait "je suis hindou et musulman" : c'est de la politique, Chavez l'a très bien compris en flattant ainsi tout le peuple de gauche ! D'ailleurs même un des rédacteurs du MAS doute : http://www.lsp-mas.be/mas/archives/2007/03/28/venezuela.htmlCe n'est pas dans mes intentions de faire des procès à toi ou à un autre membre, c'est juste un ral-bol.

Lev 16/10/2007 23:02

Au moins Besancenot il travaille pas comme ce sale petit-bourgeois de Martens qui n'a jamais mis les pieds dans une usine.

dago 17/10/2007 14:06

C'est bien mal connaître Ludo Martens, cher ami le troll.C'est bien que Besancenot travaille mais il n'a jamais créé de parti politique et ça, lorsque tu as vents et marées contre toi, tu chies des barres. En outre, la politique de Amada (le prédecesseur du PTB) a été, dans les années'60, envoyés tout les étudiants universitaires dans les usines pour apprendre de la classe ouvrière, dont Martens a bien sûr participé. Depuis un bon bout de temps, Ludo travaille à la construction d'un mouvement révolutionnaire au Congo. A 61 ans, c'est pas mal.

thomas 06/09/2007 21:15

tu m'excites quand tu parles comme ça mon chou