Le fascisme, hier comme aujourd'hui

Publié le par dago

IMG-2154.jpgPour ne pas faire de cet article un sujet bâteau, je ne vais pas vous ennuyer en répetant les mêmes arguments contre le fascisme. Des prof' et associations le feront bien mieux que moi.

J'aimerai relater deux confrontations contre les résidus du fascisme d'aujourd'hui qu'il s'est passé ces derniers jours.

D'abord, vendredi 9 novembre, une grosse centaine de personnes s'étaient retrouvés face au Perron à Liège à l'appel du Front anti-fasciste, un collectif issu du quartier de St-Léonard, pour manifester contre l'ouverture d'une librairie publiant des ouvrages fascistes, tels "La judéomanie", "La politique sociale du IIIe Reich" ou encore "L'islam face au national-socialisme".

08.jpg Les manifestations se sont alors dirigés vers la librairie, au coin de la Rue Valbruck et Hors-Chateau dans le centre-ville et ont décorés à leur manière la vitrine de la librairie fasciste.
Parmi la foule, 33 membres des groupes de Comac-écoles, Comac-hiphop, Comac-Ulg et Comac-Flémalle étaient présent. Tour à tour, des orateurs se sont succèdés dont Jérome de Comac-Flémalle.


Ensuite, plus grave, Carlos, un jeune espagnol de 16 ans des Juventudes Communistas, s'est fait planté par un skinhead après une manifestation opposant nostalgiques du général Franco et des républicains anti-fascistes, dimanche 11 novembre. Ce n'est pas la première fois que ça arrive et des manifestations de dizaines de milliers de personnes ont eu lieu pour protester.


Cela pour souligner une observation : hier comme aujourd'hui, ce sont les communistes qui sont à les premiers à combattre la peste brune, et cela partout dans le monde. J'aimerai vraiment que cela soit reconnu par tous et que certains n'hésitent pas à se mouiller lorsqu'il s'agit d'agir contre les fascistes. Car si ils sont souvent discret, il n'en reste pas moins qu'ils ne sont pas absent : ils guettent, surveillent et attend le moment où ils peuvent sortir pour revendiquer des combats qui ne sont pas les leurs. foto-carlos.jpg

Commenter cet article