Raspoutine est mort !

Publié le par dago

Alexandre Soljenitsyne, que j'appelle ici Raspoutine (vous allez comprendre pourquoi ça lui va si bien), est mort. Même en sachant qu'il n'est ni juste et ni bon de souhaiter la mort de quelqu'un, je ne peux m'empêcher d'être ravi qu'il a rejoint ses potes de la Sainte-Russie comme le Tsar Nicolas II ou Eltsine !

Comme on pouvait s'y attendre, toute la presse de "gôche-humaniste" s'est mise à pleurer la mort du pourfendeur de la dictature soviétique ("Le monstre totalitaire" dit le Monde), du grand poète, du dissident, de l'écrivain génial, (Le Monde le compare à Victor Hugo et à Tolstoï), du pauvre paria, de l'exilé en quête de justice que ce soit L'Express, Libération ou encore l'Humanité (ex-journaux influencés ou créés par des communistes) !

Soljenitsyne était un de ces vieux produits de la Guerre Froide particulièrement efficace dans la diffusion de la pire propagande ant-soviétique et, du même coup, anticommuniste. On ne fait pas les choses à moitié chez les bourgeois ! D'abord connu et utilisé par Khrouchtchev dans les années '60 pour détruire l'héritage idéologique de Lénine en URSS en dénonçant le manque d'"humanité" dans les goulags (= prisons fourre-tout mêlant condamnés de droits communs, espions, saboteurs et aussi innocents), il fut plus populaire à l'Ouest, chez les intellectuels et autres bobos naissants (enseignants, rédacteurs de journaux, etc..), dés les années '70.
Anecdote amusante : il a été envoyé au goulag car il critiquait Staline sur le fait qu'il n'avait pu trouver un meilleur compromis avec Hitler pour éviter la guerre. Il est cocasse de voir que ceux qui voient en le Pacte germano-soviétique de 1939 comme une trahison, voire une alliance avec Hitler, sont ceux qui le défendent avec le plus d'acharnement !
L'impérialisme ne trouva pas meilleur défenseur de son système pour repousser toute sympathie que le travailleur soumis au capitalisme pouvait trouver en l'URSS. Exilé, il fut reçu les bras grands ouverts par les USA où une superbe maison du Vermont, des discours au Sénat et dans les meilleurs universités du pays l'attendaient à la plus grande joie du président républicain de l'époque, Gérald Ford.
Il fit tellement bien son travail qu'on propose aujoud'hui de le lire à l'école comme livre classique et qu'on fait croire que c'est un brillant écrivain du même niveau que Dostoïevski ! Alors qu'il avait réussi son travail en préparant les esprits au rétablissement du capitalisme en ex-URSS, il fut déçu que la nouvelle Russie ne ressemble pas à celle du Tsar.

Soljenitsyne fut toute sa vie un tsariste comme on n'en fait plus (il disait que le système politique russe devait revenir à celui du XIXe siècle), un antisémite (voir son livre "Deux cents ans ensemble" 2001), un fanatique religieux (les musulmans russes sont une menace pour l'ultra-orthodoxie auquel il adhérait), un conservateur nationaliste (pour la Grande Russie blanche conquise par les Tsars de Russie), un antiféministe (pour lui, seuls les hommes ont droit à la parole et au vote), adepte de la peine de mort et un "anti-liberté d'expression" comme on dirait (il en parlait comme d'un "flot insupportable d'informations superflues"). J'ajoute aussi qu'il a soutenu l'horrible guerre en Tchétchénie pour certains raisons invoqué ci-dessus. Des historiens connus comme Moshe Lewin le définit comme "autoritariste anti-démocratique".
Il sera toujours un modèle pour tous ceux qui combattrons la révolution et l'émancipation des travailleurs, qu'ils soient de droite comme de gauche.

Commenter cet article

arnaud 05/08/2008 11:45

Marrant comme les extrémistes de gauche n'ont, 35 plus tard, toujours pas digéré Soljenitsyne. Compréhensible: il a démontré, sans qu'aucun doute ne puisse subsister, la réalité du Goulag, l'apport de Lénine dans la création de celui-ci, et le fait que l'économie Soviétique avait besoin de ce travail d'esclave pour prospérer. Tes petites attaques "ad hominem" n'y changeront rien.

dago 05/08/2008 19:30



Salut Arnaud,

je ne te connais pas ou je ne vois pas qui tu es, je ne peux donc te considérer avec irrespect comme tu le fais avec moi. Tu te trompes, comme Soljenitsyne nous l'a si bien appris, sur
l'histoire, le rôle et la fonction du goulag.

3 contres-arguments (pas très développé "tes petites attaques", renseigne toi mieux :p) :
1° "Création du goulag" => La création du goulag ne revient pas à Lénine mais aux Britanniques dans leur guerre contre les Boers d'Afrique du Sud. Lénine, quand à lui, n'a eu qu'à
reprendre les camps construit par le Tsar Nicolas II pour enfermer les prisonniers de guerre de ce dernier et tous les saboteurs/espions qui démolisaient le pays de l'intérieur.
2° "La réalité du goulag" => Je trouve la réalité du goulag bien relative. Si Soljenitsyne pouvait se targuer de l'avoir vécu, il ne pouvait connaître l'ensemble global. En toute
honneté historique, la définition actuelle du goulag est trop flou et souvent injuste, purement fondée sur les apprioris et la propagande antisoviétique. Je pense que tu seras d'accord avec moi
là-dessus (à moins que tu réagis par pure contribution à l'hystérie collective). Je pense que la composition du goulag n'était pas composée comme on le dit juste de prisonniers politiques. Il y
en avait, c'est clair. Mais il est alors facile de noyer ceux qui étaient innocents de ceux qui ne le sont pas : l'espion américain ou l'officier du tsar pouvaient eux aussi se dire "prisonniers
politiques", jusqu'au prisonnier de droit commun, qui avait trouvé un bon moyen qu'on parle de lui comme d'un héros à l'Ouest. J'aimerai juste terminer cette "réalité" par deux chiffres
importants : 4,06 et 0,79. C'est le nombre en millions de personnes ayant été au goulag et en qui en sont morts en 32 ans de goulag (de 1921 à 1953). Ces chiffres paraissent énormes mais ce sont
ceux avancés par Moshe Lewin (historien reconnu) contre les 26 millions qu'avançaient encore le Vif l'express la semaine passée.
3° "le fait que l'économie Soviétique avait besoin de ce travail d'esclave pour prospérer" => Point de vue le plus développé et aussi le plus ridicule. Tous les économistes et
historiens, qu'ils soient de gauche comme de droite, reconnaissent que c'est les deux secteurs d'activité qui ont permis à l'URSS de passer de pays le plus pauvre d'Europe à deuxième nation la
plus puissante en une vingtaine d'années, c'est a) l'industrie lourde (sidérurgie, acier, chimie, etc..) et b) la collectivisation (kolkhozs et sovkhozs). Or, les prisonniers du goulag
travaillaient (tu ne trouves pas que c'est une bonne idée de faire travailler des prisonniers ?!) quand à eux sur des grands chantiers comme la construction de barrages, l'asséchement de marais,
silviculture ou encore irrigation. Jamais on a retrouvé de prisonniers du goulag dans un kolkhoz ou dans un laminoir !

Je trouve amusant, moi par contre, que si Soljenitsyne était belge ou français, toute la presse l'aurait traité à juste valeur comme l'écrivain d'extrême droite qu'il a toujours été (toi aussi tu
es pote avec Phillipe de Villiers ?).

Bien à toi.



Stan 05/08/2008 09:21

Oui la propagande anti-communiste passe aussi par la réhabilitation des fachos dans son genre. Très drôle le surnom Raspoutine :)